Comment Savoir Si Une ACTION Est CHÈRE ?

Timer le marché : le rêve de tout trader en culotte-courte ! Savoir quand investir en bourse est la clef de la réussite. Je me doit de vous le dire de suite : je n’ai pas de baguette magique ! Mais j’ai des tuyaux pour savoir si oui ou non c’est le moment de se ruer sur une action ! « Buy low, sell high ». « Il faut acheter au son du canon et vendre au son du violon ». Il ne suffit pas d’édicter quelques proverbes pour savoir à quel moment investir en bourse.

Acheter quand le cours est bas, ça veut dire quoi ? Acheter à 10 euros ? À 100 euros ? S’il n’y a pas de réponse tranchée à la question, il existe bel et bien des techniques pour évaluer un actif et savoir quand investir en bourse. Avec un soupçon de mathématiques, une poignée de multiples boursiers et une pincée de courbes, on peut définir si on est au juste prix. Ça fait rêver, non ? Je vous dit tout dans cette vidéo ! 

Résumé en vidéo

Alléché par les dernières envolées de Tesla, vous avez peut-être demandé à Google si ça valait le coup d’acheter quelques actions du constructeur d’automobiles de luxe. Et là, vous avez déchanté. Vous avez trouvé des tonnes d’informations, des côtes boursières, toute une liste de chiffres : le prix à l’ouverture, la capitalisation boursière, le rendement, le dividende, mais aussi le PER. Et vous n’étiez pas plus aidé. Pourquoi ? Parce tous ces chiffres qu’on appelle des multiples boursiers sont fantastiques, mais isolés, ils ne disent pas grand chose. Les multiples sont toujours des valeurs relatives. Une côte de boeuf à 39e va vous sembler cher par rapport à une cote de porc à 5e. C’est que le prix se réfère au poids, au kilo. Le kilo, dans notre analogie, c’est la donnée fondamentale du marché, ce à quoi on se réfère pour comprendre les multiples. 

Les multiples

Et des multiples, il y en a une centaine : VE / ebitda… Pbv…  ps … p/affo, la liste est très longue ! 

Le PER

Prenons le plus explicite et le plus populaire, parce que le plus facile à calculer: le ratio cours / bénéfice, aussi appelé PER (price to earning). Le PER sert à déterminer combien un investisseur est prêt à mettre pour un bénéfice pour une action donnée. S’il est partant pour investir 20€, et que le bénéfice rapporté à une action est de 1€, on aura un PER de 20/1. Quand Tesla affiche un PER de 1450, il n’y a quasiment aucun bénéfice, mais les gens sont prêt à mettre des milliers de dollars parce qu’ils pensent que c’est un secteur d’avenir.

Pour calculer ce PER, on divise la valeur d’une action, par le bénéfice divisé par le nombre d’actions. C’est un multiple basé sur l’historique d’une entreprise et il est très facile à utiliser, d’où sa popularité. Il représente ce qu’un investisseur est prêt à payer pour chaque dollar de profit engrangé par la compagnie : un PER de 15 signifie que nous payons 15 années de bénéfices de la société. C’est un multiple précieux pour nous aider à nous représenter combien on paye vraiment l’action mais il a des inconvénients. 

Le premier d’entre eux est qu’il se base sur des données passées alors que nous voulons regarder vers l’avenir, nous projeter en vue de bénéfices futurs. Si la compagnie innove, ou pénètre un nouveau marché ou s’améliore d’une façon ou d’une autre, on peut s’attendre à ce que le cours de l’action augmente, chose que le PER ne prend pas en compte. C’est pourquoi les investisseurs lui préfèrent un multiple qui regarde vers le futur. Le PER prévisionnel ne divise pas par les bénéfices de l’année précédente mais par les prévisions pour l’année suivante.

Imaginons qu’une compagnie prévoit de lancer une innovation l’année suivante. Et qu’en conséquence, les analystes attendent une augmentation des bénéfices de 2,5 millions. Notre PER de 15 équivaut à un PER prévisionnel de 12. Mais là encore, ce sont des prévisions qui peuvent se réaliser… ou non. Il n’empêche que ça donne une idée. 

Les multiples restent très relatifs

Les multiples restent encore une fois des données très relatives. D’ailleurs, en eux-mêmes, ils ne signifient pas grand-chose. En effet, ils ne disent rien sur l’attractivité du prix, on ne sait toujours pas si c’est cher ou non ! Pour ça, il faut les comparer à d’autres multiples. Comparer, par exemple, le PER à l’historique des PER afin de voir la courbe de l’évolution dans le temps. En effet, il se peut que les revenus soient à la hausse mais que le prix de l’action baisse (pour cause de Covid par exemple), le multiple est alors faible. Au contraire, si les revenus baissent mais que le prix monte, le multiple est alors plus grand : les gens payent plus pour moins de profit. C’est la valeur que les investisseurs accordent à l’entreprise qui fait le jeu, le fameux « tout le monde en veut ».

On peut aussi comparer ce PER à la moyenne des PER sur 10 ans. S’il a été toujours été plus ou moins de 15 et qu’il est soudain de 12, sans aucune raison apparente, ça peut alors être temporaire. On peut vraisemblablement espérer que ça revienne à terme à 15 et faire du profit sans même que les revenus de la compagnie augmentent ! En effet, les multiples peuvent baisser sous l’effet de la conjoncture et de la volatilité du marché. La crise actuelle est un bon exemple pour comprendre ces mécanismes. Mais si le coeur de l’activité n’est pas touché, le multiple devrait revenir à 15 tôt ou tard (même si ce n’est pas toujours vrai)

Vous pensiez déjà : si je trouve une compagnie dont le multiple est plus bas que sa moyenne historique, j’achète ?

Pas si vite !

C’est super de voir où en est la compagnie par rapport à son historique mais il faut aussi comparer cette valeur à d’autres compagnies du même domaine. 

Retournons chez le boucher.

Si vous trouvez du porc à 6e le kilo, vous pourriez trouver ce prix attractif. Pourtant, ça reste quand même cher si un boucher 2 rues plus loin le vend à 4e. Il faut donc le comparer à ses pairs. 

Puisque Tesla déchaine les passion, prenons 3 exemples fictifs de compagnies de voiture électrique : ElecCoco, GreenElec et Tutut-Elec. La première a un multiple de 13, la seconde de 7, la troisième de 12. L’action d’ElecCoco est alors plus chère que les autres. Peut-être moins cher que ce qu’elle est habituellement mais toujours plus cher que les autres. 

Alors que faire ?

Encore et toujours la réponse n’est pas si simple : ce serait trop facile si sur un simple multiple, ou 2, on pouvait dite «j’achète / je vend ». 

Dans notre cas précédent, si ElecCoco est plus cher, c’est peut être que la compagnie grandit plus rapidement, la différence de multiple peut alors être justifiée. Les compagnies à croissance rapide ont souvent de très hauts multiples. 

Retenez que ce n’est pas parce que le multiple de GreenElec est plus bas que ses pairs que c’est un bon deal ! Ni même s’il est plus bas que la moyenne habituelle. Un multiple bas peut aussi refléter une mauvaise santé économique. Vous pouvez penser faire une bonne affaire en achetant la viande la moins cher, mais si la qualité est très mauvaise, vous n’avez pas gagné grand chose.. A la bourse, c’est comme dans la vraie vie, ce n’est pas parce que c’est bon marché, qu’il faut l’acheter ! Pour les voitures électriques, la concurrence peut être rude dans les prochaines années.

Ainsi, l’un des principaux problèmes des multiples boursiers, c’est qu’ils ne signifient rien sans contexte. Toutefois, ils ne sont pas totalement inutiles et permettent d’avoir une vision globale du poids de l’action à un instant T en un clin d’oeil. Ils donnent une idée assez grossière. Ainsi, ils peuvent aider à condition d’avoir une idée précise de la santé de l’entreprise. 

Pour conclure

Pour conclure notre vidéo sur « Quand investir en bourse», une bonne approche serait de trouver une compagnie dont la santé financière est solide. Une fois que vous l’avez trouvée, cherchez certains multiples pour comprendre où elle se situe à l’instant où vous souhaitez investir en bourse. 

Comme le disait Warren Buffett, c’est bien d’acheter une compagnie acceptable à un super prix, mais c’est mieux d’acheter une super compagnie à un prix acceptable. Aussi, il faut toujours regardez ce qui se cache derrière les multiples. Ce n’est pas une bonne stratégie que de chercher les rabais à tout prix. Une société avec une bonne assise, qui tourne bien, à un prix disons correct, vaudra plus le coup. L’approche pertinente quand on parle d’évaluation, c’est l’approche multi-critère. Pensez donc multiples avec un « s » mais aussi contexte !

Et vous, qu’en pensez-vous ? Quels sont les multiples qui vous intéressent en bourse et pourquoi ? Comment avez-vous l’habitude d’évaluer la valeur d’un actif ? Savez-vous quand investir en bourse ? Dites-nous ce que vous avez pensé de cette vidéo ! 

Laisser un commentaire

RGPD

Sélectionner un type de demande :