CRISE IMMOBILIÈRE (2020) ?!

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un possible effondrement de l’immobilier.

Vous avez tous entendu parler de la fameuse dette publique. Il faut dire qu’en France qu’elle a déjà largement dépassé les 100% du PIB. Autant dire qu’il faudra bien plus qu’une politique d’austérité pour espérer en venir un jour à bout. Mais la dette publique n’est pas le seul point faible de l’économie française. Ce dont on parle moins mais qui dérange tout autant, c’est l’endettement des ménages. Or, cet endettement des ménages concerne surtout l’immobilier.

Résumé en vidéo

Endettement des ménages

L’endettement des ménages est en hausse constante dans l’Hexagone, contrairement aux autres pays européens qui eux voient la courbe s’inverser. 

En France, il a augmenté de 44% pour atteindre là aussi les 100% des revenus disponibles. Partout ailleurs, le poids de la dette baisse. C’est une spécifiée française qui pourrait bien, avec la crise du Covid 19, se retourner contre nous. Car cet endettement des ménages concerne surtout l’immobilier. Ses encours dépassent les 1.000 milliards d’euros et le poids de l’immobilier représente 85% de la dette des ménages.

L’immobilier, un actif sûr?

Vous me direz, l’immobilier c’est un actif, il y a un patrimoine et de la valeur derrière. Investir dans la pierre, c’est sûr, et ça ne peut que prendre de la valeur au fil des années. Sauf que, cette loi de la hausse de l’actif n’est pas gravée dans le marbre. Il y a déjà eu des cas de très fortes chutes. Par exemple, entre 1990 et 1997, l’immobilier a chuté de 39,4% à Paris.

Par ailleurs, seul un tiers des ménages portent cet endettement : c’est lourd ! Le montant de la dette pour ces foyers est, en moyenne de 135.000 €. Cela représente 5,2 ans en moyenne de revenus de ces ménages, là aussi c’est historiquement haut : il y a 10 ans, on était à 4 années de revenus.

Les banques ont trop prêté

L’explication ? Vous le savez sûrement déjà, les banques se sont montrées moins regardantes ces dernières années. Pour allouer toujours plus de crédits, elles ont allongé les maturité, diminué l’apport et augmenté le taux d’effort.

A ce sujet, il est intéressant de noter que 28% des ménages ne respectent pas la règle des 33% et sont endettés bien au-delà. La crise du Covid_19 est une véritable menace pour eux : le chômage pourrait bien repasser la barre des 10% et personne ne sera épargné par la crise économique qui s’annonce. Une partie de ces ménages va indéniablement avoir du mal à rembourser les mensualités.

L’immobilier va sérieusement en pâtir : les banques vont moins prêter, les ventes vont se réaliser à prix moindre pour éviter le défaut de paiement et mécaniquement le cours de l’immobilier risque de chuter. Double peine donc pour les propriétaire. 

La crise du Covid, des gagnants et des perdants dans l’immobilier ? Qu’en pensez vous? La crise de l’immobilier est elle possible?

Livre et sources

« L’investissement immobilier locatif » de Julien Delagrandanne. Vous pouvez le trouver sur Amazon en cliquant ici: https://amzn.to/2IzgWdG Ou au format Kindle: https://amzn.to/372ioQd

Banque de France: Taux d’endettement des ménages en % du RDB

Banque de France: Projections macroéconomiques

Laisser un commentaire

RGPD

Sélectionner un type de demande :