MILTON FRIEDMAN

Milton Friedman est un économiste américain d’origine hongroise. Ce penseur libéral est considéré comme le pionnier du courant monétariste en économie. C’est aussi l’un des économistes les plus influents du vingtième siècle. Il a, entre autre, fondé l’école de Chicago Friedman. C’est aussi le père de deux célèbres théories. A savoir, la théorie du revenu permanent et la théorie de la masse monétaire. Ces théories ont eu une grande influence les modèles économiques des Etats libéraux. Etant donné la technicité de ces deux pensées scientifique, nous trouvons opportun de les rendre accessibles au commun de mortels.

La théorie du revenu permanent

Cette théorie développée au cours des années 70, met l’accent sur les talents de médiums des consommateurs. Bien sûr il n’est pas question ici de visions ou de capacités surnaturelles. Il est plutôt question de la capacité des consommateurs à prévoir leurs dépenses en prenant en compte une estimation de leur revenu sur le long terme.

En d’autres termes, vous êtes un jeune cadre et vous souhaitez acheter votre premier appart. Mais avant de souscrire à un crédit immobilier, vous comparez d’abord le taux d’intérêt avec votre revenu actuel mais également avec votre revenu potentiel au cours des cinq à dix ans à venir. Ainsi, si vous n’avez pas l’impression que votre avancement professionnel vous permettra d’assumer cette dépense sur le long terme, vous changerez d’option, jusqu’à trouver celle qui vous convient le mieux. Le revenu permanent est donc ici celui qui vous semble abordable sur le long terme.

Comme vous l’avez compris, cette théorie ne repose que sur des prévisions. Ces dernières peuvent être faussées par tel ou tel événement au cours des ans. Mais c’est ainsi que la plupart d’entre nous fonctionne. Nous ne nous décidons à effectuer des dépenses majeures que lorsqu’on est sûr de pouvoir l’amortir. D’un autre côté nous ne le faisons que lorsqu’on est surs que cette dépense ne portera pas atteinte à notre niveau de vie.

La théorie du revenu permanent est venue remettre en cause la politique de la relance économique de Keynes. Qu’est-ce que Keynes disait ?? Eh ben Keynes avait remarqué les difficultés économiques qui affectent la plupart des citoyens. Pour y remédier, il proposait que le gouvernement injecte de l’argent dans tous les secteurs sensibles pour booster l’économie nationale en période de crise. Pour relancer la consommation, il proposait des mesures budgétaires en faveur des ménages.

L’une de ces mesures c’est la baisse des impôts. Celle-ci est sensée alléger les charges fiscales du contribuable. L’objectif étant qu’il investisse plus. Friedman estime donc ces mesures inutiles. En effet si Jean est capable d’anticiper son revenu sur dix ans avant d’effectuer une quelconque dépense il stabilise l’économie. Si le maximum de citoyens fait comme Jean, alors le gouvernement est sauvé. Eh oui ! Il peut employer son argent à autre chose de plus… urgent ?! Plus sérieusement, l’anticipation du revenu permanent du consommateur équilibre la consommation. Elle protège la totalité de l’économie nationale de la conjoncture selon Friedman. C’est pourquoi pour lui, la politique keynésienne est inefficace.

La théorie de la masse monétaire

Milton Friedman et le controle de la quantite de monnaie

Cette théorie encore appelée monétarisme est née dans le années 1950. Elle préconise le contrôle de la quantité de monnaie en circulation dans un pays, sur une période donnée. En d’autres termes, c’est de la faute de Milton Friedman si l’argent ne pousse pas sur les arbres. C’est de sa faute si nos fins de mois sont si difficiles. C’est à cause de lui et de ses belles idées si tu ne peux pas ramasser les 1200 euros nécessaires pour t’acheter le joli sac à main de créateur aperçu hier en vitrine.

En réalité, tout ça ce n’est pas vraiment sa faute. Friedman a juste proposé un moyen ingénieux pour réguler le taux d’inflation. Car en effet, plus nous avons de l’argent, plus les coûts des biens augmentent.

Prenons un exemple : Charly gagne à peine le SMIG chaque mois. Un beau jour d’été, Charly gagne le jackpot au loto et devient millionnaire. Automatiquement, il revoit son niveau de vie à la hausse. Il peut désormais se permettre d’acheter tout ce qui lui plait. Il ne regarde plus à la dépense. Au contraire, il est plus intéressé par les produits de luxe.

Milton Friedman: L'offre s'adapte a la demande

Imaginez donc la moitié de la population vivant comme Charly. Sans le faire exprès, ils vont provoquer une hausse des coûts des biens de consommation. Car, les commerçants essaieront de répondre en qualité et en quantité aux besoins de la partie la plus importante de la population. Pour faire simple, l’offre devra s’adapter à la demande. Ceci, au détriment de ceux qui n’ont pas gagné au loto.

Pour éviter de se retrouver en situation d’inflation, Milton Friedman demande aux gouvernements de laisser en circulation, une masse de monnaie équivalente au volume de la production. L’intérêt de ce contrôle : équilibrer autant l’inflation que les taux d’intérêts. Cette théorie comme la précédente est conçue pour encourager les Etats à abandonner les politiques monétaires.

Friedmann les trouve contre-productives pour la croissance économique et la baisse du chômage. Pour être dans une économie équilibrée, il est nécessaire de maintenir un taux de chômage stable. Ce dernier aurait peu de chance de porter atteinte à la santé économique du pays. En résumé, le contrôle assidu de la masse monétaire en circulation, permet de normaliser le fonctionnement de l’économie. Et ce, mieux que les politiques de relance qui n’auraient aucun impact sur la baisse du taux de chômage.

Les théories de Milton Friedman vues par ses contemporains

Ronald Reagan

Monsieur Friedman est un auteur très prolixe. Entre 1943 et 1998 il a commis plus de vingt ouvrages sur l’économie. Ses idées ont connu un grand succès à partir des années 1970 jusqu’aux années 1990 aux Etats –Unis. Des chefs d’Etats tels que Richard Nixon, Ronald Reagan et Margaret Thatcher (de Grande Bretagne) lui ont accordé leur confiance et ont suivi ses conseils en Economie. D’ailleurs, en 1976 il reçoit le prix Nobel.

Cette récompense est une reconnaissance de l’importance de ses travaux sur « l’analyse de la consommation, l’histoire monétaire, et la démonstration de la complexité des politiques de stabilisation. » Beaucoup d’Etats libéraux ont implémenté ses propositions pour organiser leurs économies. Certains gouvernements jugés autoritaires lui ont également fait confiance. C’est le cas du gouvernement du Président Pinochet au Chili. Sa proximité d’avec ce dernier lui a d’ailleurs valu beaucoup de reproches. Pour ce qui est du grand public, il a beaucoup apprécié les ouvrages de Milton Friedman. En particulier Capitalisme et Liberté paru en 1962. C’est ainsi qu’il est devenu une vedette de la télévision en 1980 avec l’émission « Free to chose » à laquelle il participe avec sa femme Rose.

Comme toute œuvre humaine ne peut être unanime, les théories de Friedman connaissent aujourd’hui beaucoup de critiques. Beaucoup l’accusent d’avoir encouragé le « laissez-faire » qui caractérise aujourd’hui certains gouvernements. Ils estiment que ces théories n’ont plus de place de nos jours. Car la population est sans cesse croissante et les crises économiques très fréquentes. Certains gouvernements libéraux sont revenus aux fondamentaux de la politique de relance de Keynes. Ils préfèrent soutenir la croissance à coups de subventions. Il est possible que ce soit uniquement pour conserver les suffrages politiques.

Laisser un commentaire

RGPD

Sélectionner un type de demande :