Une Seconde Chance De Robert T. Kiyosaki

Dans cet article, vous allez apprendre comment le développement personnel peut vous faire gagner beaucoup d’argent. Pour cela, il vous suffit d’écouter l’enseignement apporté par un véritable acteur du changement dans l’entrepreneuriat : Robert T. Kiyosaki, dans son livre « Une seconde chance pour votre argent, votre vie et notre monde».

À la fin de cet article, vous saurez que le plus grand des trésors ne se trouve pas sur le chemin que la société a choisi de tracer pour vous.

Vous pouvez trouver “Une seconde chance” de Robert T. Kiyosaki gratuitement sur Audible en cliquant ici: https://amzn.to/35kK2Ip sur Amazon en cliquant ici: https://amzn.to/2HqYMxj et sur Kindle en cliquant là: https://amzn.to/2HqyN9n

Résumé en vidéo

Il est important de souligner l’originalité du discours de Robert T. Kiyosaki. Cet entrepreneur a une approche révolutionnaire dans le domaine de l’investissement. Je vous en ai déjà parlé dans “Le Quadrant du Cashflow” ou “Père Riche, Père Pauvre“. Sa spécialité est le développement personnel. Il se sert de son savoir pour défendre le concept qui va devenir le squelette de son œuvre : l’éducation financière.

Pour Kiyosaki, cette seconde chance, c’est ce que toute personne souhaitant s’enrichir doit se donner. C’est celle de la réussite en opposition à tous les principes acquis dans l’enseignement traditionnel.

Restez bien jusqu’à la fin de cet article, vous connaîtrez quels sont ces principes.

Tout d’abord, comprenons sa pensée en suivant la structure de son livre. « Une seconde chance » se divise en trois parties : Passé, Présent, Futur.

L’art de prédire l’avenir financier

Dans la première partie, le passé, Kiyosaki explique les préceptes enseignés par un véritable mentor : Buckminster Fuller. Avec lui, il apprend l’art de prédire l’avenir financier. Prédire le devenir des marchés financiers, c’est se donner une chance d’effectuer les meilleurs placements.

Les riches, comme il les appelle, maintiennent leurs richesses grâce aux crises financières, car ils en connaissent les principes. Ce savoir, ils l’acquièrent à travers leurs expérimentations sur le marché financier. Un enseignement indépendant, en dehors de l’éducation traditionnelle.

Pour Kiyosaki, puisque l’élite s’éduque seule, il n’y a pas de raisons pour que les « pauvres » ne fassent pas de même. Pour cela, ils doivent avant tout « se libérer».

Fuller lui apprend que l’attachement à un emploi stable, idée véhiculée par l’école traditionnelle, est une forme d’esclavage.

Il est important pour les travailleurs souhaitant s’enrichir de jouer avec ce que l’auteur appelle « le pouvoir des mots». En partant d’un constat sur la dépendance des Américains à leur travail, Kiyosaki dit que le fossé creusé par la société entre les riches et les pauvres, engendre une pensée commune négative chez les plus démunis. La « Seconde chance », ce n’est pas dire « je ne peux pas avoir telle chose », mais « Comment puis-je l’obtenir ? »

Son livre défend le principe d’indépendance. Le « Comment » prévaut sur le « Pourquoi ? » Dans l’éducation financière, la fatalité n’a pas sa place.

L’éducation financière.

Dans la deuxième partie de « Seconde chance », le présent, Robert Kiyosaki développe un peu plus le concept d’éducation financière.

S’éduquer seul, c’est une question de survie. Il démontre que les crises financières sont provoquées par les différents gouvernements: L’État dérègle les principes financiers en produisant toujours plus d’argent. Il est important pour toute personne désirant s’enrichir, de changer son état d’esprit. La richesse matérielle ne suffit pas. C’est avec un esprit pauvre que l’on commet les plus graves erreurs. Ainsi il oppose, riches en argent, pauvres en esprit à pauvres en argent, riches en esprit. Et c’est cette richesse d’esprit qu’il est important de maintenir.

Apprenez-leurs à pêcher

Pour Kiyosaki, il est contre-productif de se désoler pour la misère d’un autre. En ayant de la pitié, on implique que les pauvres n’ont pas la capacité de devenir riche. « Donner un poisson à un pauvre le nourrira une journée, lui apprendre à pêcher le nourrira toute sa vie».

L’éducation financière doit donc se faire le plus tôt possible. En commençant par apprendre la valeur de l’argent en y contribuant activement. Il prend pour exemple l’éducation que Donald Trump a donné à ses enfants, mais également celle qu’il a reçue.

En abandonnant les revenus actifs, l’argent obtenu par une activité salariale, pour des revenus passifs, l’argent obtenu grâce à l’investissement, Kiyosaki est passé de pauvre à riche en seulement dix ans. Il est parvenu, en changeant sa vision traditionnelle du monde, à acquérir de multiples propriétés immobilières. Comment ? Grâce à une épargne intelligente.

3 types d’épargne

Dans son livre, il différencie trois épargnes :

  • Primaire, l’investissement dans les matières premières comme l’or ou le pétrole, ce qui nous rend dépendant aux fluctuations du marché.
  • Secondaire, l’investissement dans l’immobilier et les entreprises, le meilleur selon lui.
  • Tertiaire, l’investissement le plus populaire, le stockage de l’argent sur des comptes épargnes, le pire selon lui, puisque nous n’en avons pas le contrôle.

Restez bien attentif aux principes développés dans la dernière partie de son livre. Ils sont les fondations de votre changement.

Devenir salarié ou investisseur ?

Kiyosaki dénonce la voie que la société traditionnelle choisit pour nous. Cela commence par les études. Il oppose l’Université, l’institution qui forme les futurs salariés, au séminaires, l’enseignement des investisseurs aux futurs investisseurs.

L’auteur sait de quoi il parle. Il a choisi de suivre les deux cursus. Le séminaire, l’étude approfondie de l’immobilier, a permis à l’élève qu’il était de trouver lui-même sa propre mine d’or. Il s’est ouvert à toutes les possibilités. Comme bien d’autres investisseurs avant lui, il a su transformer ses erreurs en une source positive d’inspiration.

Il oppose « le spécialiste », l’étudiant voué à exceller dans un seul domaine, au « généraliste », le futur entrepreneur qui saura s’adapter au marché de l’emploi. Son M.B.A (Master of Business Administration), l’a destiné à se spécialiser dans un domaine, qui aurait bien pu le faire passer à côté de grandes opportunités. Kiyosaki constate par ailleurs, que le chômage aux Etats-Unis a beaucoup plus touché les jeunes universitaires, que les autres. Ceux qui ont fait le choix de ne pas faire d’études après le lycée s’en sont bien mieux sorti.

A la fin de son livre, Robert Kiyosaki démonte les clichés les plus communs. Il démontre avec pertinence que « les riches » ne sont pas cette communauté fermée à laquelle on pense. Bien au contraire, la réussite de ces personnes s’est construite autour de valeurs humaines. La mise en commun du savoir, la générosité, le partage, mais aussi l’éducation de ses pairs.

Il s’oppose à certains économistes qui cultivent le doute chez la majorité et poussent les citoyens à économiser. Investir, doit être aussi naturel que de marcher.

3 Choses à retenir

Si vous devez retenir trois choses dans cette vidéo, ce seraient :

  1. Connaître l’avenir des marchés financiers, c’est déjà commencer à s’enrichir
  2. L’enrichissement matériel ne peut exister sans un riche savoir
  3. L’indépendance de l’esprit nous apprend à faire les bons choix

Livres et références

Vous pouvez trouver “Une seconde chance” de Robert T. Kiyosaki gratuitement sur Audible en cliquant ici: https://amzn.to/35kK2Ip sur Amazon en cliquant ici: https://amzn.to/2HqYMxj et sur Kindle en cliquant là: https://amzn.to/2HqyN9n

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.