CORONAVIRUS: COMMENT VA-T-ON PAYER L’ADDITION?

Dans cet article nous allons essayer de comprendre comment la France va se remettre économiquement sur les rails après l’impact nocif de l’épidémie de Coronavirus.

Tous les experts font sonner l’alarme. Ils annoncent la pire récession économique qu’ait connue l’hexagone depuis 1945. La forte contagion du coronavirus et l’absence d’un vaccin reconnu ont paralysé l’Europe et le monde. Le confinement des citoyens signifie un arrêt presque total de tous les secteurs d’activité. Beaucoup de travailleurs étant en chômage partiel, le gouvernement a décidé de soutenir les PME et une grande partie des français. Ce soutien qui s’élevait au début à 42 milliards d’euros est passé à 100 milliards.

Seulement, la suppression de certaines taxes et la diminution de la production augmentent considérablement la facture. Et cette situation ne dure que depuis un seul mois.

Dans la suite de cet article, je vais vous expliquer ce qui attend les français dans les mois à venir, et quelles solutions sont les plus probables pour stabiliser l’économie post Coronavirus.

Le chiffre de croissance le plus mauvais qui ait été fait par la France depuis 1945, c’est en 2009 après la grande crise financière de 2008: -2,2%. Nous serons vraisemblablement très au-delà des -2,2%

Bruno Le Maire, Ministre de l’economie

Résumé en vidéo

Combien de temps l’Etat pourra-il continuer à payer?

La croissance économique de la France est en récession. Cela signifie qu’elle baisse au lieu d’augmenter. Une situation alarmante parce que l’Etat ne cesse de dépenser mais en retour les secteurs de production ont cessé de fonctionner. Il y a donc beaucoup plus de dépenses et beaucoup moins de recettes. Le report des charges fiscales et sociales seulement sur le mois de Mars a causé un manque à gagner de 32 milliards d’euros. Ce qui inquiète alors les économistes, c’est que la contamination est dans sa phase active en France. Donc les mesures de confinement pourraient durer encore quelques mois. Alors ils se demandent si l’Etat pourra continuer à payer pour assurer un semblant de tranquillité à la population.

La France était déjà dans une situation précaire avant la pandémie du Coronavirus. En effet, l’endettement public du pays s’élève à 2358,9 milliards d’euros ce qui représente près de 99% du PIB national. Tout l’argent que l’Etat injecte dans la lutte contre le Coronavirus n’est pas prêt d’arranger les choses. Au contraire, l’Etat risque d’être dans l’impossibilité de soutenir entreprises et travailleurs… et peut-être même d’ici l’été.

La France doit se préparer

La France doit se préparer à un déficit budgétaire plus haut que celui de 2009, au lendemain de la crise économique. L’on pourrait battre le record de 7,5% et se rapprocher des 9%. Les français devraient également se préparer à une hausse du chômage de l’ordre de 30% dans la mesure où beaucoup de PME sont en souffrance actuellement. Près de 930 000 de celles-ci dans les domaines de l’industrie et des services sont plus ou moins en cessation d’activité. Et aussi longtemps que durera la crise sanitaire cette situation durera.

Seulement, lorsque l’Etat ne sera plus en mesure de réduire les contraintes fiscales, de payer les salaires des employés, et de régler les dépenses sociales, ces entreprises devront trouver un moyen de reprendre en mains leurs charges. Cela arriveras tôt ou tard. L’une des solutions immédiate sera alors la suppression de postes. D’une part pour ne garder que le stricte nécessaire capable d’assurer la continuité des tâches et produire un revenu à l’entreprise. D’autre part, pour que les fonds destinés aux salaires aident l’entreprise à rester à flot.

Prévisions des experts

Les experts prévoient également une crise économique planétaire 30 fois plus forte que celle de 2008. La dette européenne, à elle seule, devrait atteindre à 254.000 milliards d’euros. Ce qui signifie beaucoup d’argent à rembourser dans une société qui ne produit pas ou très peu. L’OCDE a évalué à 2% la chute du PIB de chaque Etat européen chaque mois de confinement. Si, comme le prévoyait certains spécialistes, la crise sanitaire dure 8 à 11 mois, la France, par exemple, peut perdre jusqu’à 20% de son PIB.

S&P estime à 340 milliard d’Euros le coût de la pandémie pour la zone euro en 2020. Une situation qui se manifesterait par une baisse de revenus pour tous les acteurs de l’économie en particulier les entreprises, l’Etat, les salaries et la sécurité sociale. Moins de revenus équivalent à une baisse de l’investissement, de la demande et même de la consommation. Donc une probable hausse des prix.

La crise sanitaire risque aussi d’être asphyxiante pour les collectivités locales décentralisées. Car, une partie du plan de l’Etat pour faire face à la pandémie consiste à reverser 1500 euros chaque mois aux entrepreneurs et travailleurs indépendants qui ont perdu environ 70% de leur chiffre d’affaire à cause du confinement. Pour un total d’1 milliard uniquement pour le mois de mars. Cependant, les régions et les collectivités locales supportent 250 millions d’euros de ce milliard. Pour les plus petites communes ce sera bientôt très compliqué de supporter cette dépense. Car elles sont aussi concernées par la baisse de revenus. Il est possible que dans quelques mois elles ne prennent plus cette dépense en charge. Deux scénarios seraient alors valables. Que les indépendants concernés soient abandonnés à eux-mêmes, ou que l’Etat endosse aussi cette charge.

Les solutions de stabilisation de l’économie française

Pour commencer, l’Etat va mettre sur pied d’autres projets de loi de finance rectificatifs. En effet, le plan adopté n’avait pas pour objectif de s’étendre à plus d’un seul mois. Le gouvernement prévoyait que la crise sanitaire n’affecterait pas la France pendant plus d’un mois, et qu’ensuite l’économie nationale trouverait des moyens d’atténuer le choc de ce mois de confinement. Seulement, de plus en plus de voix annoncent un prolongement du confinement jusqu’à fin juin. Face à une telle situation le PLFR actuel épuiserait rapidement les ressources de la France.

La dette

L’endettement est également un moyen de remettre l’économie en branle à la fin de l’épidémie. En effet, avant le début du confinement le pays accusait déjà un gros déficit budgétaire. Les dépenses qu’il réalise actuellement sont un gouffre financier. Mais le recours à l’emprunt financier pour impulser le processus de stabilisation n’est il pas le seul moyen?

Vous le savez peut être, je déteste la dette. Je me sent très allemand sur ce point. La dette et les strudel. Ce sont mes deux point communs avec les allemands. Mais dans les circonstances actuelles, y-a-t-il une autre solution? Qu’en pensez-vous? Dites-moi dans les commentaires si la dette vous semble une bonne idée.

La France a d’ailleurs déjà présenté un nouveau plan de financement via l’Agence France Trésor. Ce dernier prévoit un emprunt de près de 245,6 milliards sur les marchés financiers à des taux très bas et négatifs pour certains. Mais avec des échéances à court et moyen terme.

La BCE

La France peut également compter sur la Banque Centrale Européenne pour bénéficier d’un coup de pouce face à son déficit grandissant. Grâce aux mesures d’assouplissement quantitatif instaurées en 2015, la BCE a désormais un moyen d’injecter de la liquidité de façon indirecte dans les caisses du trésor national. Ces mesures consistent pour elle à acheter les titres de dettes des Etats de la zone euro sur les marchés financiers.

En fait les personnes physiques et morales qui ont acheté ces titres les revendent à la BCE. C’est pourquoi la plupart n’hésitent à acquérir ces titres même lorsque l’Etat connaît de grosses difficultés d’ordres économiques. C’est également grâce à ces mesures que les taux d’intérêts sont si bas pour les pays emprunteurs. Christine Lagarde, Directrice de la BCE a d’ailleurs annoncé qu’en 2020 la Banque Centrale achèterait pour 750 milliards d’euros de titres de dettes des Etats européens selon le Programme Pandémique d’Achat d’Urgence.

La relance

Enfin, le Ministre des finances, Bruno Le Maire a affirmé qu’après l’épidémie, l’Etat français allait s’atteler à relancer l’investissement pour soutenir les différents secteurs de l’économie. En plus des mesures spécifiques à chaque secteur leur seront appliquée pour éviter la faillite du plus d’entreprises possible, et l’augmentation du taux de chômage. Monsieur Le Maire compte également sur un plan solidaire coordonné avec les pays voisins.

Si vous deviez retenir 3 choses…

S’il fallait retenir trois choses de cette vidéo, ce serait:

  1. la France subit violemment les conséquences économiques de pandémie du Coronavirus.
  2. son plan de soutien économique l’achemine peu à peu vers une situation économique déplorable.
  3. des solutions telles que l’endettement sur les marchés financiers pourraient l‘aider à stabiliser son économie la crise sanitaire passée

2 réflexions sur “CORONAVIRUS: COMMENT VA-T-ON PAYER L’ADDITION?

Laisser un commentaire

RGPD

Sélectionner un type de demande :


%d blogueurs aiment cette page :